L'Opportuniste

Mes articles, mon avis, vos critiques

3
sept 2014
Posté dans Politique par lopportuniste à 1:51 | Pas de réponses »

Voici une petite carte provenant de l’ONG Transparency International et classant les différents pays du monde en fonction de leur niveau de corruption

2141902

 On y retrouve toujours les bons élèves, le Danemark, la Finlande, la Suède et la Norvège mais on voit aussi que la Suisse, la Nouvelle Zélande, l’Australie et le Canada sont parmi les mieux placés!

3
sept 2014
Posté dans Actualité, Politique par lopportuniste à 1:37 | Pas de réponses »

Voici un nouvel article à propos de la réforme territoriale voulue par François Hollande et ses apôtres, cette fois j’ai décidé de faire un article plus engagé personnellement et dans lequel mon avis est « légèrement » plus visible que dans mes précédents articles, en espérant que cet article vous plaira ! (et par la même vous poussera à débattre de ce sujet)

LA SUPRESSION DES DEPARTEMENTS ET LA FUSION DES REGIONS

POURQUOI ?

« Vingt-sept régions, 101 départements, 4 055 cantons, 2 456 établissements publics de coopération intercommunale (communautés d’agglomération, de commune…) et 36 680 communes, sans oublier les districts de sous-préfectures, tel est, en 2014, le portrait administratif des territoires français ».

Nommé le mille-feuille administratif, c’est cette division des territoires, cet enchevêtrement historique et quelque peu bordélique que veut modifier le gouvernement en supprimant les conseils généraux (gérant les départements) et en divisant par deux environ le nombre de régions en fusionnant certaines d’entre elles.

Le gouvernement prend pour premier argument un fait, la division en départements date de l’Assemblée Constituante de 1790, c’est en 1800 que les préfectures sont créées, elles devaient être accessibles par tous les habitants de ce département en une journée à cheval maximum. Cet ordre de grandeur ne serait donc plus adapté car nous sommes aujourd’hui très peu à posséder des chevaux et encore moins à se rendre à la préfecture avec.

Le deuxième argument est une estimation de 15 à 20 milliards d’économie par an, ce qui n’est pas négligeable au vu du plan d’économie de 50 milliards annoncé par Valls. Mais ce ne sont que des estimations sur le moyen-long terme (vous me direz, pour une fois que notre classe politique voit plus loin que la fin de leur mandat, c’est pas mal !), estimations qui oublient probablement de préciser les frais à court terme d’une telle réorganisation des pouvoirs détenus par les différentes collectivités.

De plus, ces pouvoirs ne sont pas toujours clairement attribués depuis l’apparition des communautés de commune pouvant agir sur certains sujets dont s’occupaient les mairies ou les départements. Leurs domaines de compétence se croisant et donnant lieu parfois à des situations ou l’on ne sait pas toujours très bien qui s’occupe de quoi, cela constitue un troisième argument.

Enfin, il y a la volonté de décentraliser le pouvoir politique et d’augmenter la puissance économique des régions afin de leur donner les moyens de peser plus sur le plan national comme international en les fusionnant.

 

BIEN SUR TOUT LE MONDE N’EST PAS D’ACCORD

Forcément, une telle idée bouscule et en face beaucoup de critiques sont faites parmi lesquelles on trouve les revendications d’identité régionale du style « nous n’avons rien à voir avec la région voisine, nous voulons garder notre identité, nous n’avons pas à fusionner avec elle », ce qui est sûrement le dernier de nos soucis, d’autant plus que la disparition administrative du Limousin n’empêchera pas ses habitants de se revendiquer comme limousins ou limousines et de promouvoir leurs spécialités régionales !

Mais cet argument peu efficace n’est pas le seul et d’autres un plus poussés mènent à la réflexion. Par exemple l’accusation de la droite dénonçant le fait que le parti socialiste veut s’éviter une nouvelle désillusion en rassemblant stratégiquement certaines régions afin d’avoir plus de chances de les obtenir lors des prochaines régionales en 2015 (ou plus tard si elles sont repoussées à cause de la réorganisation nécessaire à cette réforme.). Cette accusation est certes prévisible puisqu’en tant qu’opposition, ils contesteraient cette idée même si celle ci permettait de sauver la planète d’une apocalypse certaine (ce qui n’est bien sur pas le cas), mais tout de même nous pouvons la prendre en compte, au final ce ne serait pas si surprenant.

Autre critique de la droite aussi imprévisible que constructive est le fait que tout a été décidé n’importe comment, à la va-vite et que cela montre encore une fois l’amateurisme du gouvernement… Encore une fois l’opposition joue son rôle, mais est-ce totalement faux? Il est vrai qu’il est souvent reproché au gouvernement de ne pas avoir consulté beaucoup de monde sur la question.

Bien sur, il y a aussi les contestations des dirigeants élus de ces conseils généraux et régionaux ne voulant pas perdre leur place quelque soit leur couleur politique. La place est bonne, il serait dommage pour eux de la perdre ! Mais en dehors de ces volontés purement politiciennes apparaît un problème, qui gérera les « super-régions » en attendant les élections? On peut effectivement s’attendre à des avis très divergents sur la question et à des débats sans fin dans lesquels chaque camp essaiera de tirer la couverture de son côté.

Enfin, la critique sûrement la plus intelligente est qu’il y a une très grande contradiction et ce depuis longtemps entre la volonté de décentralisation, de transfert de pouvoir aux collectivités (régions, départements etc) et le peu de moyens que l’Etat leur donne pour effectuer leurs nouvelles taches. Créer des régions plus grandes et plus fortes n’aurait donc pour seul effet de les endetter encore plus qu’actuellement et ne les rendrait pas plus compétitives à l’échelle européenne.

 

UN JOYEUX BORDEL !

Les régions connaîtront leur fusion des 2015 si la réforme passe à l’Assemblée et au Sénat mais les départements ne seraient supprimés que vers 2020 (soit 3 ans après la fin du mandat d’Hollande), en attendant les élections cantonales seront remplacées par les élections départementales (les cantonales servaient elles aussi à élire les conseils généraux) au vu de l’application de la précédente réforme territoriale voulue par le gouvernement de Sarkozy dont l’application devait commencer en janvier 2014. Les réformes se croisent, s’annulent ? Bonne question, je n’en sais rien ! De toute façon, le Sénat a rejeté la nouvelle carte des régions le 4 Juillet et la réforme risque de mettre beaucoup de temps à se mettre en place voire ne se mettra jamais en place à cause de la forte opposition qu’elle trouve face à elle. Une nouvelle proposition de carte à donc été faite qui devrait ressembler à celle présente ci dessous.

En résumé, Hollande et son gouvernement lancent ainsi leur première et peut être seule idée de vraie réforme et quoiqu’il en soit, si les économies sont réelles, cela sera toujours ça de moins à prendre dans la poche du contribuable et supprimera une élection, les cantonales, auxquelles on voit les plus forts taux d’abstention (sans compter les élections européennes) et dont la majorité se fout ne sachant pas à quoi elles servent !

 

10491177_402788579860724_5525591117746015970_n

18
août 2014

Avant de commencer mon article, j’ai envie de signaler quelque chose. Le prochain article est en rapport avec le sujet qu’a traité le journal de France 2 du 20 Mai. Ils ont fait un reportage de 3 minutes à propos des déchets électro-ménagers, électroniques que vous pourrez retrouver ici: http://television.telerama.fr/television/la-replique-de-france-2-a-la-tragedie-electronique-d-arte,112808.php Le reportage de France 2 est accompagné sur cette page d’un article du télérama et du documentaire Arte qui parle du même sujet et qui sortait bizarrement quelques minutes plus tard.

Et quelle surprise! Le reportage de France 2 (qui survole le sujet puisque cela dure 3 minutes contrairement aux 1h30 du documentaire Arte) ne tire absolument pas les mêmes conclusions que le documentaire! Eux ce sont contentés d’aller interroger des déchetteries françaises quand Arte a voyagé en Chine, au Ghana, en Espagne, aux Royaume Uni pour tracer le voyage de nos déchets électroniques, il est donc logique que l’on apprenne moins de choses mais il est moins logique qu’on nous dise presque l’inverse.
Arte décrit une situation catastrophique empirant d’année en année quand France 2 nous laisse sur un sentiment de satisfaction sur le développement de la filière du recyclage, au point que l’on pourrait croire que les images de gigantesques décharges africaines sont de la fiction pure.
Ils ne parlent absolument pas du commerce mondial de déchets, ce qui est illégal dans presque 200 pays dans le monde et rejettent la faute seulement sur quelques voleurs du dimanche qui viennent dans les centres de recyclage récupérer quelques ordinateurs ou écrans de télé afin d’en récupérer les métaux précieux qu’ils contiennent et de les revendre. Ou alors rejettent la faute sur les Français qui ne recycle pas assez leurs appareils ce qui n’est certes pas totalement faux mais n’explique pas le fait que seul tiers des déchets électroniques dans le monde sont recyclés.
Ils omettent malencontreusement le fait qu’il existe des mafias qui font ce traffic à côté d’autres traffics comme la drogue ou les armes, qu’il y a une corruption énorme sur ce sujet la, que certains centres de recyclage revendent eux mêmes les déchets pour l’exportation et faire des bénéfices toujours plus grand et encore des dizaines d’autres détails que je vous donnerai dans mon article dont certains sont aussi gros que ces derniers.
Je tiens donc à dire merci France 2 pour cette grande leçon de journalisme et pour ta sainte parole!

 

 

Nous produisons 50 millions de tonnes de déchets d’appareils électroniques, électro-ménagers par an. Ces appareils nécessitent un recyclage particulier afin de récupérer les différents métaux qu’ils contiennent pour les réutiliser comme l’or, le cuivre etc. Afin d’éviter l’entassement de ces appareils et la forte pollution que cela engendrerait, en 1989, presque tous les états du monde (à l’exception notamment des États-Unis) ont ratifié la convention de Bâle interdisant l’exportation de ces déchets afin qu’ils soient recyclés sur place et d’éviter le trafic de ces déchets qui ont une grande valeur.

En Europe, plusieurs lois existent comme les normes environnementales strictes de recyclage, l’obligation pour les distributeurs de ces appareils de récupérer par exemple l’ancien ordinateur lors de l’achat d’un nouveau afin de l’envoyer ensuite directement au centre de recyclage le plus proche. Aussi, dans le prix de chaque appareil est compris l’éco-participation qui est censé nous faire participer aux frais de recyclage de l’appareil acheté car il coûte cher de recycler proprement ces appareils.
Mais la vérité est que seulement ¼ à 1/3 des 50 millions de tonnes de déchets par an passent par les centres de recyclage en Europe comme dans le Monde.

Il y a plusieurs raisons à cela, tous le monde ne dépose pas son appareil défectueux dans un centre de recyclage ou en magasin, magasins qui malgré la loi refusent parfois de reprendre les appareils. Il arrive aussi régulièrement qu’il y ait des vols dans les déchetteries ou centres de recyclage afin de récupérer les métaux précieux, on retrouve ensuite les carcasses de ces appareils sur les trottoirs. Mais le plus grand responsable est l’exportation illégale de ces déchets toxiques dont le trafic rapporterait autant voire plus que le trafic de drogue.

Qui sont les responsables rendant ce trafic possible ?

Certaines entreprises de recyclage qui vendent ces déchets pour l’exportation vers ces pays en toute illégalité, ce qui inclue une baisse du nombre de produits recyclés qui n’est déjà pas glorieux. Deux dirigeants d’une entreprise française ont d’ailleurs été condamnés à plusieurs années de prison avec sursis et à une lourde amende car ils étaient une sorte de plaque tournante d’un trafic mondialisé. Histoire de pousser l’ironie à son comble, il existe même des sites internet vendant librement ces déchets, l’entreprise française était d’ailleurs en lien avec un de ces sites, mais ce site existe toujours. Cela est un véritable business et la demande est forte car entre les appareils qui sont réparables et revendables et ceux qui ne le sont pas mais sur lesquels on récupère métaux précieux et composants électroniques, le bénéfice à faire est grand. Sur les bateaux, 10% des containers transporteraient des déchets électroniques illégaux.
Autre responsable, le manque de moyen flagrant des douanes de tout les ports du monde, il est impossible de contrôler tout les containers d’un bateau de transport sachant qu’il peut en passer des dizaines voire des centaines dans une journée. Or en 3ans, l’exportation et le trafic de déchets aurait doublé.

On se demande alors quelles sont les conséquences d’un tel trafic ?

Elles sont graves, elles sont humaines, écologiques mais aussi économiques.
Pour commencer par les causes économiques qui sont moins choquantes mais pour autant pas négligeables, c’est un gâchis monstrueux de matières premières pour l’Europe car tous les métaux précieux contenus dans ces appareils coûtent chers et l’on en produit très peu. Au lieu de les récupérer grâce au recyclage et pouvoir les réutiliser dans de nouveaux appareils, ces métaux sont exportés vers les pays en développement et l’on doit en importer en Europe.

Pour les conséquences humaines, elles sont nombreuses. Ces déchets qui sont envoyés en Afrique, en Chine ou en Amérique du Sud sont « recyclés » par les populations pauvres de ces pays et par les mafias qui les supervisent. Le fait est que ce « recyclage » se fait dans des conditions très dangereuses pour la santé, ils brûlent les appareils ou les trempent dans des acides particuliers afin de récupérer les métaux et respirent à longueur de journée des vapeurs extrêmement toxiques pour l’homme. Autre conséquence qui cette fois nous touche directement, les puces, transistors et autres composants sont récupérés, nettoyés et revendus comme neufs à des entreprises du monde entier. Malgré les contrôles, il n’est pas toujours possible de différencier un composant usagé d’un neuf car ils ont parfois l’air en très bon état. Ces composants peuvent ensuite se retrouver dans des avions, des trains, des appareils de contrôle dans une centrale nucléaire etc. On parle par exemple d’un accident de train ayant eu lieu à cause de ces composants.

Enfin les conséquences écologiques sont elles aussi désastreuses, les grandes quantités d’acide utilisées pour récupérer les métaux sont ensuite jetées dans les rivières à proximité et les carcasses de tous les appareils sont entassées dans de gigantesques décharges. Or cela représente 2/3 des 50 millions de tonnes de déchets par an.

Et pendant ce temps, dans le monde merveilleux de France 2, tout va bien, tout le monde se fait des bisous.

Mon premier article à propos de la crise expliquait ce qu’étaient les subprimes et pourquoi ils ont déclenché la crise immobilière aux Etats Unis. Mais il y a un autre responsable qui a transformé cette crise immobilière « locale » en une crise financière mondiale. Cet autre responsable s’appelle la titrisation. Mais qu’est-ce que la titrisation ?

La titrisation est un système financier complexe qui consiste en l’occurence à découper les crédits immobiliers dits subprimes et à les incorporer dans des produits financiers complexes, produits qui sont diffusés et vendus sur toute la planète à des investisseurs par des banques ou des hedge funds (fond d’investissement proposant des produits généralement risqués et pas vraiment transparents)

Ces produits étaient supposés très rentables et encore une fois très bien notés par les agences de notation alors qu’ils étaient en réalité pourris de l’intérieur par ces bouts de subprimes qui ne seront pas remboursés et qui feront donc perdre de l’argent aux investisseurs ayant acheté des produits financiers en contenant.

Le problème des acheteurs est qu’ils ne savaient pas à quel point leurs produits étaient touchés par les subprimes car l’opération de titrisation a été réalisé sans aucune transparence. Du coup, quand ils ont appris la toxicité des produits dans lesquels ils avaient investi, ne sachant pas à quel point ils étaient pourris, ils ont cherché à tout revendre mais il n’y avait aucun acheteur, c’est ce qu’on appelle une crise de liquidité.

Cela aura aussi pour conséquence une crise de liquidité interbancaire (les banques manquent de fonds et ne peuvent moins voire plus du tout se permettre d’assurer des emprunts, des retraits d’argent etc) et économique avec un effondrement de tous les marchés financiers* et les répercussions que l’on connait aujourd’hui comme le chômage qui augmente, les entreprises faisant faillite, la dette qui explose à cause entre autre du sauvetage des banques par les Etats etc. Ce qui transforme la crise financière en crise économique voire même sociale et politique dans certains pays.

* Pour la France, le CAC 40 qui était au dessus de 6000 pts fin 2007 est descendu à moins de 3200 pts fin 2008, en euros cela représente une baisse de valeur de 700 milliards

Pour les Etats Unis, le Dow Jones qui avait battu des records fin 2007 en passant les 14000 pts sera à moins de 8000 pts fin 2008 et descendra même jusqu’à 6500 pts en 2009 soit une perte de 7000 milliards d’euros de valeur de l’ensemble des actions

Pour ceux qui ont vraiment le courage, j’ai plusieurs documentaires plutôt intéressants sur les causes de la crise:

Doc Arte, Le Malheur Est Dans Le Prêt: http://www.dailymotion.com/video/xwin4e_le-malheur-est-dans-le-pret_webcam?search_algo=1

Film Documentaire, Inside Job: http://nemesistv.info/video/8SUK8NRRW1G2/inside-job-vostfr#sthash.jf0dyytm.dpbs

Il y a deux causes principales à cette crise. Les premiers responsables, comme beaucoup ont pu en entendre parler, sont les subprimes, mais que sont-ils exactement ? Les subprimes sont des crédits immobiliers hypothécaires (c’est-à-dire ayant pour garantie en cas de non-paiement la maison en hypothèque). Ces crédits étaient aussi à taux de remboursement variable et étaient accordés par des courtiers peu scrupuleux qui touchaient des bonus sur le nombre de crédits vendus et qui ne regardaient donc pas la solvabilité des emprunteurs en leur proposant des « no doc » (c’est-à-dire n’ayant pas besoin de justificatifs).

Lorsque ceux-ci sont lancés, il n’y a d’abord aucun souci, ces crédits permettent à de nombreuses familles n’en ayant pas les moyens d’accéder au logement, les taux étant au départ très faibles. Cela était en plus fortement encouragé par le gouvernement américain dont la mentalité libérale veut que la propriété soit un droit pour tous.

Cela vendant du rêve aux basses classes moyennes, des milliers puis des centaines de milliers de familles font appel à ces crédits, les logements voient donc leurs prix monter en flèche. C’est ce qu’on appelle la bulle de l’immobilier. Seulement, pour que ce système reste viable, la bulle doit constamment grossir ce qui inclut toujours plus de monde prenant ces crédits, achetant des logements et des prix en constante augmentation.

Mais il est arrivé le moment ou ces prix devenus exorbitants n’intéressent plus personne. Plus personne ne rentre dans cette bulle, le prix des logements commence donc à baisser et pendant ce temps, les taux augmentent rapidement.

De plus en plus de familles se retrouvent alors dans l’incapacité de rembourser leurs crédits (l’estimation est à 2,5 millions de familles en danger en 2008) cette défaillance de paiement ne pouvant même plus être couverte par la valeur des biens hypothéqués comme les logements car ils ont fortement perdu de leur valeur (du aussi au nombre de logements libres à cause des saisies qu’ont subis des centaines de milliers de personnes). Ces centaines de milliers de familles finissent à la rue, surendettées et leurs maisons sont saisies par les banques.
Si vous avez envie d’en savoir un peu plus : http://www.lemonde.fr/economie/article/2007/09/20/ces-petits-proprietaires-americains-premieres-victimes-des-subprimes_957527_3234.html Article du Monde paru avant le krach boursier de 2008 en Septembre 2007 et dont la dernière phrase se termine par « 2008 s’annonce terrible » et qui est une de mes sourc

Et en bonus, un petit graphique!

Photo : Avant de sortir (surement demain, peut être aujourd'hui) la suite de mon article sur les causes de la crise financière, un petit graphique sur l'augmentation du nombre d'expulsions par mois aux Etats Unis de 2006 à 2008.

C’est par cette phrase, entendue lorsque j’observais un groupe syndicaliste à l’action, que je voulais commencer cet article, car elle résume ce qu’une bonne partie des étudiants ayant assisté à cette scène ont pu penser.

Cette scène, c’est ce groupe d’un syndicat d’extrême gauche arrivant dans le bâtiment de droit de l’université de Nanterre, renversant la table, déchirant et jetant les tracts d’un autre syndicat nommé l’UNI* (considéré comme fasciste par le groupe).
Ce genre d’événements se produisent assez régulièrement dans l’université, dès que l’UNI tente de prospecter, on leur fait clairement comprendre qu’ils ne sont pas les bienvenus, plus ou moins diplomatiquement..
Ce jour la, les membres de l’UNI, ayant plutôt l’air de premiers de la classe que de skinheads ont eu des réactions pacifiques et ont proclamé leur liberté d’expression pendant que leurs adversaires déchiraient leurs tracts et envoyaient leur table au sol.

Assistant à cette scène, les étudiants se sont rapidement fait une idée sur qui étaient les plus extrémistes entre ces deux clans, d’où cette phrase prononcée par une étudiante, ayant précisé juste avant ne pas s’intéresser à la politique et n’ayant pas d’idées préconçues sur la question. Phrase qui contient d’ailleurs un amalgame puisque ce mouvement n’était pas à l’initiative de l’UNEF même s’il leur arrive de prendre part aux festivités. Me sentant pourtant loin des idées de l’UNI et n’ayant eu jusque la que des échos à propos d’eux, je n’ai pas pu m’empêcher d’être affligé par le comportement de ceux qui les « attaquaient ».

On peut également observer cela en prenant une échelle bien plus grande, celle de notre pays. Par exemple en parlant des confrontations entre groupes dits fascistes et « antifa », qui n’ont absolument pas les mêmes idées mais des méthodes assez proches, confrontations qui ont d’ailleurs mené à la mort de plusieurs de leurs membres quelque soit le camp auquel ils appartenaient et qui finalement ne mènent à rien.

Avec cet exemple, on peut se demander quelle image d’eux même donne ce groupe aux autres étudiants et est ce la bonne méthode pour les convaincre que l’UNI transmet selon eux de mauvaises idées?
Cela me pousse aussi à élargir la question, ce mouvement ne décrédibilise t’il pas d’autres mouvements de gauche qui seraient totalement pacifiques et ne chercheraient que le débat?
Et enfin ces différents groupes sont ils vraiment dangereux ou sont ils trop marginaux pour représenter une véritable menace pour l’équilibre social?

Personnellement, dans ce contexte ou certaines mouvances d’extrême droite et de droite radicale s’expriment plus ouvertement et qu’on les craint à juste titre, cet événement m’a rappelé que l’extrémisme peut venir de tous les bords et de toutes les idéologies, y compris de celles prônant des droits de l’homme comme la liberté d’expression dans certains cas mais ne respectant pas celle de ceux qui les dérangent dans d’autres. Extrémismes pouvant entraîner au pire des cas la mort de certains membres et ne provoquant qu’une montée en force des violences et de la haine réciproque que se vouent ces mouvances tout en renforçant une fermeture d’esprit dangereuse pour nos sociétés.

*L’Union Nationale Inter-Universitaire est un syndicat étudiant ancré à droite, prônant des valeurs traditionnelles et libérales. Vu comme l’antichambre de l’UMP (à l’instar de l’UNEF avec le PS), il est entre autre pour une sélection plus stricte à l’entrée de la fac, notamment pour ceux ayant obtenu un Bac Professionnel dont les détenteurs devraient selon eux avoir des tests afin de vérifier leur niveau et leur motivation à leur entrée en Licence, mesure qui semble être à l’opposé de ce qu’est censé représenter l’université. Ils militent aussi pour une sélection à l’entrée des Master le tout menant à un certain élitisme que l’ont peut déjà facilement observer dans les grandes écoles. Ce qui déplaît fortement et est en décalage avec les idées des syndicats de gauche et d’extrême gauche majoritaires à l’Université de Nanterre et qui défendent la fac pour tous, si je puis me permettre une boutade!

18
août 2014
Posté dans Non classé par lopportuniste à 9:20 | Pas de réponses »

Bonjour à tous, je suis un étudiant en sociologie qui aimerait après sa licence se diriger vers une école de journalisme. C’est pour cette raison que j’ai choisis de créer ce blog et de m’entraîner à écrire sur des sujets qui m’intéressent c’est à dire la politique, l’économie et divers faits de société sur lesquels j’ai envie de m’exprimer. Le but de ce blog est de recevoir des critiques positives comme négatives sur le fond comme sur la forme de mes articles ainsi je pourrai progresser dans la voie que j’ai choisis grâce à vos avis. En espérant que cela vous fera réagir. Je vous souhaite une bonne visite.

April Bowlby |
Une consultante et ses reto... |
Luxotesteuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pvh56
| BNI : Bibliothèque Numériqu...
| Leboutdutunnelestclair